RESULTATS 1er SEMESTRE 2004. Forte progression du chiffre d’affaires et du résultat net part du groupe. Amélioration prometteuse de la rentabilité intrinsèque.

- CROISSANCE DU CHIFFRE DÂ’AFFAIRES EN DONNEES COMPARABLES : +6,4 %

- RESULTAT DÂ’EXPLOITATION : 1 118 M€ SOIT +7,8 %

- RESULTAT NET OPERATIONNEL PART DU GROUPE : 966 M€ SOIT +6,3 %

- RESULTAT NET COMPTABLE : +21,8 %

Commentant ces résultats, Monsieur Lindsay OWEN-JONES Président-directeur général de L’Oréal a déclaré : «Cette année encore, nous avons réalisé une forte augmentation de nos ventes malgré un contexte de marché peu favorable en Europe mais aussi aux Etats-Unis.
La réussite de nombreux lancements et le développement rapide de nos filiales dans les pays relais de croissance, ont permis une forte hausse de notre chiffre d’affaires. Cette progression associée à un contrôle rigoureux des coûts, a contribué à une amélioration significative de notre rentabilité par rapport à l’année 2003 dont le premier semestre avait pourtant été exceptionnel. Cela compense en grande partie la diminution des gains de change.
Pour l’ensemble de l’année, il nous parait raisonnable de viser une croissance comparable du chiffre d’affaires du même ordre que celle du premier semestre, largement suffisante pour assurer une nouvelle amélioration de notre modèle économique. Cela associé aux résultats encourageants du premier semestre et la perspective de voir diminuer progressivement l’impact des couvertures de change nous permet de confirmer notre objectif 2004 d’une nouvelle progression à deux chiffres du résultat avant impôts».

Principaux indicateurs semestriels

Au 30 juin 2003 Au 30 juin 2004 Progression
Chiffre d'affaires 7 136,8 7 396,8 + 3,6 %
Résultat d'exploitation 1 037,2 1 118,4 + 7,8 %
Pertes et gains de changes + 91,9 + 21,7 -
Résultat d'exploitation corrigé (1) 1 129,1 1 140,1 + 1,0 %
Résultat avant impôts des sociétés intégrées 1 080,9 1 091,2 + 1,0 %
Quote part du Résultat net opérationnel des sociétés mises en équivalence + 190,5 + 233,2 + 22,4 %
Résultat net opérationnel part du groupe * 908,4 965,7 + 6,3 %
Résultat net comptable 788,7 960,9 + 21,8 %
(1) Résultat d'exploitation incluant les pertes et gains de change

Chiffre d'affaires 1er semestre 2004

Soutenues par les innovations des laboratoires de recherche, de nombreuses initiatives ont assuré la croissance des marques stratégiques du groupe. L’Oréal a ainsi réalisé d’importants gains de parts de marché.

Chiffre d'affaires 1er semestre 2004 par divisions opérationnelles et par zones géographiques

  1 er semestre 2004
M€ Croissance à données
  Comparables Publiées
Par divisions opérationnelles      
Produits Professionnels 1 027 + 7,3 % + 4,9 %
Produits Grand Public 4 039 + 5,1 % + 2,2 %
Produits de Luxe 1 640 + 6,9 % + 4,0 %
Cosmétique Active 498 + 17,5 % + 16,0 %
Total cosmétique 7 254 + 6,5 % + 3,8 %
Par zones géographiques      
Europe de l'Ouest 3 902 + 1,7 % + 1,8 %
Amérique du Nord 1 823 + 6,2 % - 2,7 %
Reste du monde, dont : 1 528 + 21,4 % + 19,1 %
Asie 626 + 22,1 % + 23,3 %
Amérique Latine 344 + 17,9 % + 8,3 %
Europe de l'Est 256 + 33,4 % + 28,3 %
Autres pays 302 + 15,2 % + 17,0 %
Total cosmétique 7 254 + 6,5 % + 3,8 %
Dermatologie (1) 131 + 0,5 % - 5,6 %
Total groupe 7 397 + 6,4 % + 3,6 %
(1) Part revenant au groupe, soit 50%.

Contribution active de toutes les divisions

- La Division Produits Professionnels a réalisé une croissance à données comparables de +7,3 % soit un rythme supérieur à celui de ses concurrents dans un marché favorable. Cette progression a été soutenue notamment par le lancement de Redken for Men, la rénovation totale de la ligne de styling Tecni.Art de L’Oréal Professionnel et la poursuite du développement de Matrix.

- Les ventes de la Division Produits Grand Public ont progressé de 5,1 % à données comparables malgré un marché moins porteur en grande distribution. Cette croissance a été permise par le succès des nouveaux shampooings et gels de coiffage de la gamme Fructis de Garnier dans de très nombreuses régions du monde. Chez L’Oréal Paris, le lancement de la nouvelle coloration Color Pulse, des soins de la peau Happy Derm, du rouge à lèvres Kiss Proof, et des nouveaux fonds de teint ont fortement contribué à l'augmentation des ventes.

- La Division des Produits de Luxe a renoué au premier semestre avec une croissance soutenue de ses ventes de + 6,9% à données comparables. Parmi les grands produits qui ont contribué à cette progression, on retient Primordiale Optimum et Hypnôse chez Lancôme, le déploiement du maquillage et Oleosource chez Biotherm, Life Pearl d’Helena Rubinstein et le succès mondial d’Amor Amor de Cacharel.

- Au cours du premier semestre, le département cosmétique Active a accéléré fortement sa croissance à +17,5 % à données comparables. Les marques ont poursuivi leur développement international tout en gagnant des parts de marché en Europe. Le succès de l’amincissant Liposyne de Vichy et du soin Rosaliac chez La Roche Posay ont contribué à cette performance.

- La branche Dermatologie, dans un contexte d’activité faible de ce secteur aux Etats-Unis auquel est venu s’ajouter l’impact des décisions des autorités Allemandes en matière de dépenses de santé, a réalisé une progression de +0,5% à données comparables.

Croissance exceptionnelle des nouveaux marchés
Expansion moins rapide en Europe de lÂ’ouest

La croissance des nouveaux marchés s’est poursuivie à un rythme élevé : +21,4% à données comparables.

L’Asie a augmenté ses ventes de +22,1 % à données comparables notamment à travers la Chine à +85,3 %, Hong-Kong à +49 %, Taiwan à + 28 %, et la Malaisie à +32 %. Le premier semestre a été marqué par l’essor de Garnier dans la Zone (+69 %), et son développement avec la marque Mininurse en Chine ; par la forte progression de Maybelline ( +33 %), ainsi que par l’intégration de la marque chinoise Yue-Sai dans le portefeuille des Produits Grand Public. On note également le succès de Kérastase en Asie (+29 % au Japon), de Vichy (+85 % en Chine), et les succès d’implantation de Shu Uemura et Kiehl’s dans de nouveaux pays.

En Amérique Latine, le chiffre d’affaire s’est développé rapidement à +17,9 % à données comparables, soutenu par le Mexique à +16,3 % ou encore le Brésil à +13,4%. Dans les Produits Grand Public, Garnier confirme son succès avec la première place de la coloration Nutrisse dans plusieurs pays et le développement très rapide de la gamme Fructis notamment avec un lancement réussi au Vénezuela. La Division Produits Professionnels a lancé avec succès la coloration Dia ColorRichesse. Cosmétique Active se développe fortement dans toute la zone avec l'implantation rapide des marques Vichy et La Roche Posay. On note enfin, au Mexique, la très vive croissance de la Division Luxe à +32 %. L’Argentine à +21,6 % poursuit le redressement entamé en 2003.  

La forte expansion des pays d’Europe de l’Est est le reflet des succès remportés par les marques de toutes les divisions. Cette forte croissance est particulièrement notable en Pologne à + 19,8 %, en Russie à + 46,3 % et en République Tchèque à + 20,6 %. Les Produits Grand Public avec Garnier et Maybelline progressent rapidement, tant en coloration qu’en soin de la peau et en maquillage. Les ventes des Produits Professionnels profitent du lancement de la gamme Matrix. Cosmétique Active bénéficie de la réussite spectaculaire de la marque Vichy dans le circuit pharmacies. Enfin les Produits de Luxe sont leaders en Pologne avec une part de marché de 26 %.  

Enfin les ventes dans le reste du monde sont en hausse rapide à + 15,2 % avec, par exemple la performance de l’Inde à + 49 % ou de la Turquie à + 30,2 %.  

L’Europe de l’Ouest a vu ses ventes croître de 1,7 %. Les Produits Professionnels, sur un marché en croissance, ont connu des succès importants, particulièrement avec la nouvelle gamme de coloration Luo et la rénovation de la gamme de styling Tecni.art. Aux Produits Grand Public, on constate un fort contraste entre l’atonie de la France, de l’Allemagne et de l’Italie d’une part et le dynamisme de l’Espagne, de la Grande Bretagne et des pays Scandinaves d’autre part. Dans un contexte difficile, la Division améliore sensiblement sa part de marché en coloration et en soin de la peau, visage et corps. Les Produits de Luxe ont bénéficié de la reprise des écoulements contrariée, cependant, par le déstockage d’une partie de la distribution. La croissance soutenue de Cosmétique Active dans l’ensemble des pays a permis aux marques Vichy et La Roche Posay d’améliorer une nouvelle fois leurs parts de marché, notamment en Espagne, au Portugal en Belgique et aux Pays Bas.  

En Amérique du Nord, le groupe a continué de gagner des parts de marché avec une croissance de + 6,2 % à données comparables. Les ventes de la Division Produits Professionnels ont progressé fortement, en particulier chez Redken avec le lancement réussi de Redken for Men. Dans les Produits Grand Public, Garnier confirme sa percée sur le marché capillaire aux Etats-Unis avec le lancement de Fructis Style qui s’est révélé rapidement un succès. Enfin dans la Division Luxe, qui a bénéficié d’une certaine reprise des ventes des Grands Magasins, les parfums ont fortement progressé avec le lancement réussi de Ralph Cool de Ralph Lauren et la croissance importante de Kiehl’s avec son produit star Abyssine Cream.

Progression de la rentabilité d’exploitation

Le compte de résultats appelle les commentaires suivants :

La poursuite des efforts de rationalisation industrielle a permis une nouvelle amélioration du poste achats.
Le strict contrôle des effectifs a contribué à la diminution des charges de personnel en pourcentage du chiffre d’affaires.
Grâce à la réduction des frais de fonctionnement, les charges externes ont été stabilisées tout en augmentant légèrement les dépenses de marketing et de promotion.

Les provisions dÂ’exploitation font apparaître une reprise nette de 26 M€, inférieure au montant de 34 M€ constaté à fin juin 2003.
Au total, le résultat d'exploitation progresse de +7,8 %.
Les gains de changes s’élèvent à 22 M€, comparés à 92 M€ à fin juin 2003. De ce fait, le résultat dÂ’exploitation corrigé ressort à 1 140,1 M€ en augmentation de 1%.
Les charges et produits financiers, à 49 M€, sont stables au niveau de fin juin 2003 en raison des décaissements liés aux acquisitions du début 2004 en Chine et au Japon.

Résultat d’exploitation corrigé par branche

  Au 30 juin 2004 En % du CA
Cosmétique 1 126,7 M€ 15,5 %
Dermatologie (1) 9,7 M€ 7,4 %
Total consolidé 1 140,1 M€ 15,4 %
(1) Part revenant au groupe, soit 50%. Le résultat d’exploitation corrigé de la Branche Cosmétique ressort à 15,5 % en léger retrait par rapport au niveau exceptionnel du premier semestre 2003 qui était de 15,7 %, et en forte progression par rapport à l’ensemble de l’année 2003 qui s’établissait à 14%.

La faible progression des ventes de la Branche Dermatologie sur deux de ses marchés principaux (Etats-Unis et Allemagne), la baisse du dollar contre l’euro et les coûts de lancement de la gamme Clobex, entrainent un résultat à 7,4 % du chiffre d’affaires en fort retrait par rapport premier semestre 2003 qui était de 18,5 %.

Sanofi-Synthélabo

La quote-part du résultat de Sanofi-Synthélabo revenant à LÂ’Oréal pour le premier semestre sÂ’est élevée à 233,2 M€, en croissance de + 22,4 %.
Suite au succès de l’offre de Sanofi-Synthélabo sur Aventis, la déconsolidation des résultats de Sanofi-Synthélabo est intervenue en août 2004.

Résultat net

Au total, le résultat net opérationnel part du groupe LÂ’Oréal sÂ’est élevé à 965,7M€, en croissance de +6,3 %.
Le résultat net comptable est en forte progression au 30 juin 2004 à +21,8% après 20M€ de reprise de provision sur actions autodétenues.
Pour l’année 2004, en raison de la dilution résultant de l'offre de Sanofi-synthélabo sur Aventis, L'Oréal intègrera dans son résultat net comptable un "profit de dilution" d'un montant de l'ordre de 2 milliards d'euros.



* Le résultat net opérationnel est le résultat après impôts des sociétés intégrées et inclut la quote-part des sociétés mises en équivalence. Il exclut les dotations/reprises de provisions sur actions auto-détenues, les plus ou moins values sur actifs immobilisés, les coûts de restructuration et les dotations aux amortissements des écarts d’acquisitions. Il est le niveau le plus significatif de la performance récurrente du groupe et constitue, sans changement, depuis de très nombreuses années, la base sur laquelle L’Oréal calcule le Bénéfice Net Par Action. Il est également retenu par la très grande majorité des observateurs financiers.

Situation semestrielle au 30 juin 2004 (B.A.L.O du 20 septembre 2004, page 23708)