Forte hausse en 2003 du résultat net opérationnel : +13,5%. Progression du dividende proposé : +14,1%. Résultat net comptable : +16,7%.

________________________________________________________

Performance soutenue de l'activité : +7,1 % en données comparables

Amélioration de la rentabilité dans toutes les zones géographiques

Gestion attentive des frais centraux

Contribution positive de la politique de couverture de change

________________________________________________________



Le Conseil d'Administration de L'Oréal s'est réuni le jeudi
19 février 2004 sous la présidence de M. Lindsay OWEN-JONES et en présence des Commissaires aux Comptes. Le Conseil d'Administration a arrêté les comptes consolidés du groupe et les comptes sociaux de la société mère L'Oréal pour l'exercice 2003.

A l'issue du Conseil d'Administration, M. Lindsay OWEN-JONES, Président-directeur général de L’Oréal, a commenté :
«Le succès des nouveaux produits, les percées internationales de nos marques et les progrès spectaculaires sur les marchés émergents ont permis à L’Oréal de connaître une nouvelle année de forte progression de son activité. Cette dynamique, conjuguée à la maîtrise des frais, a permis une importante amélioration de la rentabilité, malgré un environnement économique et monétaire exceptionnellement défavorable.

Ces performances, associées au fort potentiel du marché cosmétique, et l’exposition croissante du groupe aux marchés nouveaux, confortent notre confiance dans notre modèle de développement.

Au moment où nous clarifions notre mission et la structure de notre actionnariat, nous réaffirmons nos ambitions et notre passion pour notre métier».


Confirmation du modèle de croissance, malgré un environnement monétaire très défavorable

Le chiffre d'affaires consolidé s'est élevé à 14 milliards d'euros. A données comparables, sa croissance a été de + 7,1 % par rapport à 2002 et – 1,8 % en données publiées.

L’impact des effets monétaires sur le chiffre d’affaires consolidé de 2003 a été de – 9%. Malgré cet effet très défavorable sur le chiffre d’affaires publié, les filiales, opérant dans les pays dont les monnaies ont été les plus touchées, se sont efforcées par leur réactivité commerciale et leur efficacité industrielle de progresser plus rapidement que les marchés.

Avec un chiffre d’affaires qui a progressé nettement plus vite que la consommation cosmétique mondiale en 2003, le groupe a réalisé d’importants gains de parts de marché dans les pays où il est présent.

Soutenues par les innovations de la recherche et le succès de leurs lancements, les marques du groupe ont réussi à progresser dans tous les circuits de distribution.
Les positions ainsi gagnées dans les grands métiers et la croissance du résultat opérationnel à un taux très supérieur à celui des ventes illustrent la robustesse de ce modèle de développement.

Le résultat net opérationnel part du groupe, servant au calcul du bénéfice net par action, s’est élevé à 1 653 millions d’euros, en progression de + 13,5 %.


Des marges en amélioration continue

Le résultat d’exploitation corrigé(1) progresse de + 6,7 % à
1 964 millions d’euros. Il représente 14 % du chiffre d’affaires consolidé, contre 12,9 % en 2002.

Cette amélioration continue des marges dans l’ensemble des marchés résulte du succès du développement international des marques stratégiques et de la poursuite du contrôle des coûts industriels et administratifs.
Groupe consolidé
Résultat d'exploitation corrigé (1) par branche
Au 31 décembre 2003 En % du chiffre d'affaires
Cosmétique 1 900 M€ 13,9 %
Dermatologie (2) 55 M€ 17,8 %
Total consolidé 1 964 M€ 14,0 %
(1) C’est-à-dire incluant les pertes et gains de change.
(2) Part revenant au groupe soit 50 %.
Branche cosmétique
Résultat d'exploitation corrigé (1)
par zone géographique
(en % du chiffre d'affaires)
2002 2003
Europe de l'Ouest 14,2 % 14,8 %
Amérique du Nord 12,7 % 12,9 %
Reste du monde 9,5 % 10,2 %
Total des zones 12,8 % 13,4 %
Non alloué (3) - 0,1 % + 0,5 %
Total cosmétique 12,7 % 13,9 %
(3) Ce chiffre correspond au solde entre les dépenses et les recettes centrales non directement imputables à une zone


Une charge financière en diminution

Grâce à la baisse conjuguée de l’endettement du groupe et des taux d’intérêt, les charges et produits financiers (hors pertes et gains de change) se sont élevés à 94 millions d’euros contre 142 millions d’euros en 2002.

La trésorerie générée en 2003 a permis de réduire à nouveau l’endettement. Le ratio de dettes financières nettes sur fonds propres est passé de 4,8 % fin 2002 à – 5,4 % fin 2003.


Le résultat net opérationnel(*) en croissance de + 13,5 %

De ce fait, le résultat avant impôt des sociétés intégrées est en progression de + 10,1 % à 1 870 millions d’euros.

Le résultat net opérationnel des sociétés intégrées est de
1 241 millions dÂ’euros en hausse de + 11,0 %.

La quote part dans les résultats des sociétés mises en équivalence s’est élevée à 420 millions d’euros, en croissance de + 21,6 %. Il s’agit de la contribution de Sanofi-Synthélabo, qui a réalisé une nouvelle fois une forte croissance de ses résultats.


Un dividende de nouveau en forte hausse

Le dividende proposé par le Conseil d'Administration à l'Assemblée Générale Ordinaire sera de 73 centimes d'euros par action, en augmentation de + 14,1 %. Sa date de paiement sera le vendredi 14 mai 2004.
Principaux indicateurs annuels du groupe
  Au
31 décembre 2002
Au
31 décembre 2003
Progression en %
  en millions d'euros  
Chiffre d'affaires consolidé 14 288 14 029 - 1,8 %
Résultat d'exploitation 1 778 1 819 + 2,3 %
Résultat d'exploitation corrigé (1) 1 841 1 964 + 6,7 %
Résultat avant impôt des sociétés intégrées 1 698 1 870 + 10,1 %
Résultat net opérationnel des sociétés intégrées 1 119 1 241 + 11,0 %
Quote part du résultat net opérationnel des sociétés mises en équivalence 345 420 + 21,6 %
Résultat net opérationnel*
1 456 1 653 + 13,5 %
Bénéfice net par action (4)
(en euros)
2,15 2,45 + 13,5 %
Dividende (5) (en euro) 0,64 0,73 + 14,1%
Résultat net comptable
(en millions d'euros)
1 285 1 499 + 16,7 %
(4) Résultat net avant prise en compte de la provision pour dépréciation des actions auto-détenues, des plus et moins values sur actifs immobilisés, des coûts de restructuration et de l'amortissement des écarts d'acquisitions à l'exclusion des intérêts minoritaires.
(5) Proposé à l'Assemblée des Actionnaires le 29 avril 2004.
* Le résultat net opérationnel est le résultat après impôts des sociétés intégrées et inclut la quote-part des sociétés mises en équivalence. Il exclut les dotations/reprises de provisions sur actions auto-détenues, les plus ou moins values sur actifs immobilisés, les coûts de restructuration et les dotations aux amortissements des écarts d’acquisitions. Il est le niveau le plus significatif de la performance récurrente du groupe et constitue, sans changement, depuis de très nombreuses années, la base sur laquelle L’Oréal calcule le Bénéfice Net Par Action. Il est également retenu par la très grande majorité des observateurs financiers.



Le résultat net comptable part du groupe s’élève à 1 491 millions d’euros. L’écart entre le résultat net opérationnel et le résultat net comptable résulte principalement des provisions pour actions autodétenues, qui s’élèvent à 89 millions d’euros, et des amortissements des écarts d’acquisition (49 millions d’euros), ainsi que de divers coûts de restructuration et plus ou moins-values.

Par ailleurs, le Conseil d'Administration a adopté les termes de la fusion-absorption de Gesparal par L'Oréal, annoncée le 3 février 2004. L'Assemblée Générale des Actionnaires se tiendra le jeudi 29 avril 2004 matin au Carrousel du Louvre à Paris. Les conditions juridiques et pratiques d'accès à l'Assemblée seront précisées ultérieurement.